Compte rendu du café rencontre du samedi 26 février 2011
Article mis en ligne le 3 mars 2011
dernière modification le 4 mars 2011

par L’administrateur
Imprimer logo imprimer

Le thème du café rencontre du 26 février 2011 était exceptionnellement long : « Alors qu’un million trois cent mille béninois sont exclus de la liste électorale informatisée et exigent par des marches et diverses actions d’exercer leur droit de vote ; alors que de façon arbitraire la Cour Constitutionnelle vient de rejeter le candidat du parti communiste du Bénin (PCB) et casse toutes les lois votées par l’Assemblée Nationale ; alors que la situation dans le pays est de plus en plus tendue, électrique comme on l’a vue au Parlement le 17 février 2011 ; que faire pour que fin soit mise à toute exclusion et que gouvernement et opposition acceptent enfin sincèrement de dialoguer pour permettre au pays de repartir sur des bases plus consensuelles et plus propices à la paix ? »
Le cinquième café rencontre de cette année académique 2010-2011 a eu lieu en effet à l’extrême veille du premier tour de l’élection présidentielle de tous les dangers au Bénin, fixé au 6 mars 2011 après un premier report de date. Depuis des mois, nous travaillons de notre mieux à CPCM pour que la paix prévale par le dialogue. C’est pour continuer d’y croire et d’espérer contre toute espérance, que nous avons choisi ce thème.

La séance a commencé par un compte rendu du café rencontre du 29 janvier 2011, qui a porté sur la situation en Côte d’Ivoire et sur ce que par la suite "Chrétiens pour changer le monde" s’est donné pour devoir de faire pour apporter sa petite pierre à la construction de la paix dans ce pays frère meurtri par une longue crise. Puis on en est venu au thème du jour. Le débat fort nourri nous a permis de nous entendre sur les points ci-après :

1) Concernant les exclus de la liste électorale permanente informatisée (LEPI), CPCM soutient l’initiative prise ces jours-ci par les anciens présidents Emile Derlin ZINSOU et Nicéphore Dieudonné SOGLO pour trouver une solution consensuelle pouvant mettre d’accord l’ensemble des acteurs politiques sur cette question explosive. Juste à la veille du café rencontre, la commission mise en place a pris de justes résolutions visant à prendre en compte les laissés pour compte de la LEPI. Notre souhait est que ces résolutions soient effectivement et sincèrement mises en application.

2) Concernant l’exclusion arbitraire et inique du candidat du parti communiste du Bénin (PCB), CPCM a cosigné avec d’autres structures une lettre ouverte pour réclamer que justice soit faite à ce candidat et que sa candidature soit purement et simplement pris en compte par la Cour Constitutionnelle qui en fait un peu trop à sa tête et parfois en violation de son propre serment d’impartialité et de retenue. Cette cour constitue aux yeux de nombreux béninois un vrai danger pour la paix au Bénin, du fait de ses agissements hautement inflammables. Ci-joint la lettre ouverte cosignée par CPCM.

Word - 31.5 ko
Lettre ouverte pour la réhabilitation de Philippe Noudjènoumè

3) Le Front pour la Défense de la Démocratie (FDD), ce gros bloc constitué le 13 octobre 2010 contre le camp du Président Thomas Boni YAYI et dont CPCM s’est un peu ému, ne paraît pas dans les faits constituer une vraie menace pour la paix. Il n’y a pas depuis sa création une synergie véritablement en œuvre entre ses différentes composantes. Là où des comités locaux de défense de la démocratie se sont créés à travers le pays, c’est à l’initiative des syndicalistes ou des militants du PCB. Les partis de l’opposition parlementaire demeurent en retrait. Logiquement, ils ne pourraient donc pas compter sur la solidarité des syndicats et du PCB si d’aventure ils étaient floués de leur victoire à l’issue des élections présidentielle et législative à venir.

4) C’est alors que notre attention a été attirée sur un aspect autrement plus inquiétant de la situation : la fracture nord/sud. En dehors du parti communiste du Bénin (PCB) dont la base idéologique est claire et le différencie des autres, les autres partis justement, qui se réclament tous du libéralisme économique, n’ont pour les différencier les uns des autres que le régionalisme et l’ethnocentrisme. Le nord vote le sang, entend-on dire par les politiciens nordistes, et le sud le ventre. Sur cette base, distillée de façon souterraine, on s’organise au nord pour continuer à conserver le pouvoir, comme c’est le cas pendant plus de trente-huit (38) ans sur les cinquante d’indépendance, et au sud pour se décider, cette fois dans l’union et l’autocritique, à aller à sa conquête. C’est le sens du regroupement politique l’Union fait la Nation (UN). Voilà ce qui rend très inquiétante l’issue de la prochaine élection. La région perdante fera-t-elle preuve de fair-play ? La fraude qui est à l’œuvre à divers niveaux et les diverses exclusions permettront-elles une issue pacifique de cette élection ? N’allons-nous pas au Bénin vers une crise post-électorale inouïe ? Devant ces questions angoissantes, les participants au café rencontre n’ont pas trouvé mieux à faire que de s’exhorter à la prière et à « l’espérance contre toute espérance », une manière comme une autre de s’avouer leur crainte et leur impuissance.

Word - 86.5 ko
Résumé du programme du candidat du Parti communiste du Bénin (PCB)
P.S. :

Aux dernières nouvelles, nous apprenons ce soir, 3 mars 2011, que la délégation des Nations Unies, l’Union Africaine et la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) recommandent un report de quelques jours de l’élection présidentielle au Bénin, dans le respect du délai constitutionnel du 6 avril où le nouveau président doit être investi de sa charge. Par ailleurs, nous apprenons, ce 4 mars 2011, que les députés ont voté, cette nuit à 4 heures du matin, une loi dérogatoire permettant de prendre en compte ceux que la Liste Électorale Permanente Informatisée (LEPI) avait laissés pour compte. Cette opération de ratissage devra durer cinq jours. On annonce, dans la foulée, un nouveau report de l’élection présidentielle actuellement fixée au dimanche prochain, 6 mars 2011. Le gouvernement se prépare à prendre un décret en conseil des ministres pour convoquer le corps électoral pour une nouvelle date. On continue de croiser les doigts...

Forum
Répondre à cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.15