FORUM SPECIAL sur le Message des Evêques du Togo sur la Franc-Maçonnerie et les autres sectes... QU’EST-CE QUE LA FRANC-MACONNERIE ?
Article mis en ligne le 5 août 2011

par L’administrateur
Imprimer logo imprimer

Un ami ivoirien, Robert H B, de passage à Cotonou, nous a apporté, comme à point nommé, un livre de François-Xavier VERSHAVE, le célèbre auteur de la Françafrique. Dans les pages 30 à 33 de ce livre intitulé "Au mépris des peuples : Le néocolonialisme franco-africain", nous avons trouvé un passage très éclairant sur la Franc-Maçonnerie et sur les agissements d’une certaine Franc-Maçonnerie en Afrique francophone. C’est ce passage que nous vous proposons dans les lignes ci-dessous.

Philippe Hauser : Les affaires africaines ont historiquement constitué un pôle d’attraction pour tout ce que la France compte d’aventuriers qui savent nager en eau trouble, que l’odeur de la pourriture et du sang ne rebute pas. La Françafrique, comme domaine qui échappe totalement au jeu normal des règles de la démocratie politique, a constitué une aubaine pour tous ces réseaux occultes, et a permis de les recycler, au nom de la raison d’Etat, dans les pratiques souterraines de l’appareil d’Etat. C’est ici que l’on croise les réseaux de l’extrême droite et ceux d’une certaine franc-maçonnerie. Quelle est la réalité ?

François-Xavier Verschave : Avec la franc-maçonnerie, on est dans la même logique. Pour gérer autant d’actions illégales, interdites, pour générer, faire circuler et répartir autant d’argent sale dans des domaines inaccessibles à toute comptabilité publique ou privée, il faut des réseaux d’initiés. Habitués au secret. La franc-maçonnerie est porteuse d’une tradition humaniste très importante dans l’histoire des démocraties occidentales, qu’elle a contribué à construire ; elle a aussi beaucoup œuvré à l’édification des lois sociales. C’est donc un mouvement qu’on ne peut en aucun cas exclure de la tradition démocratique. Elle a été persécutée à ce titre. Mais elle a une fragilité. Elle pratique - pour son autodéfense, dit-elle - le secret de l’initiation philosophique et celui de l’appartenance. On conçoit que les services secrets soient tentés d’instrumentaliser ce secret à d’autres fins, de capter puis détourner la solidarité fraternelle maçonnique pour la mettre à leur service. Même le Grand Orient, principal représentant en France de la tradition maçonnique latine, par opposition à la tradition maçonnique anglo-saxonne, a eu à plusieurs reprises à sa tête des hommes des services secrets, comme Michel Baroin ou Philippe Guglielmi.

Mais le véritable problème pour la Françafrique ce n’est pas le Grand-Orient : c’est la GLNF, la Grande Loge Nationale Française, qui a expulsé le Grand Orient de la plupart de ses places fortes dans les néocolonies francophones. C’est une obédience relativement récente en France, la plus à droite, sans frontière nette avec l’extrême droite. Elle est née au début du XXe siècle, s’est appelée la Grande Loge de France et des Colonies, et abritrait effectivement le lobby colonial en son siège de Neuilly. Réduite à très peu de chose à la fin de la deuxième guerre mondiale, elle a connu un net regain avec l’arrivée du siège de l’Otan à Paris. Il faut préciser que la Grande Loge Nationale Française est la seule qui soit reconue par la franc-maçonnerie anglo-saxonne, tout à fait dominante au niveau mondiale puisque environ les trois quarts des franc-maçons sont américains. Les adhérents de la GLNF se trouvent de plain-pied avec leurs frères d’outre-Atlantique, ce qui n’est pas le cas des membres du Grand-Orient, de la Grande Loge de France, ou d’autres obédiences. En 1949, une obédience de rite anglo-saxon très à droite et très minoritaire se voit donc dynamisée par l’arrivée à Paris d’un grand nombre de frères anglo-saxons, officiers et diplomates, qui la rejoignent naturellement. La GLNF franchit un second palier, à partir des années quatre-vingt, en s’imposant comme l’obédience quasi exclusive de la Françafrique.. Les deux cents décideurs les plus importants du Gabon s’affilient d’un coup à la Grande Loge Nationale Française, lors d’une cérémonie mémorable le 12 novembre 1983. La GLNF a capté les pires dictateurs de la Françafrique. L’appartenance à la GLNF ou à ses filiales exotiques devint une condition sine qua non de l’exercice du pouvoir en Françafrique. C’est si caricatural qu’on a expliqué au Général Bozizé, après son coup d’État réussi en Centrafrique, qu’il n’avait aucune chance de rester Président s’il n’adhérait pas au « groupe GLNF ». SASSOU NGUESSO le criminel contre l’humanité congolais à superviser les préparatifs de l’initiation lors d’un passage à Ndjamena chez le « frère » tchadien Idriss Déby ( qui rivalise avec SASSOU dans le crime économique et politique) puis il a envoyé à Bangui de hauts dignitaires de la GLNF congolaise, par avion spécial : ils ont initié début octobre le général-président centrafricain. Outre Sassou et Déby ont retrouve à la GLNF Paul Biya, Omar Bongo, Blaise Compaoré, Etienne GNASSIGBE Eyadéma, ou encore Didier Ratsiraka, que les malgaches ont chassé du pouvoir en 2002.

La GNLF tient une grande place dans les médias français, intégrant notamment tout l’état-major de TF1, une bonne partie de la presse nationale et régionale. Elle est également présente dans le lobby militaro industriel, le monde nucléaire, chez les pétroliers, dans les grandes banques, aux postes les plus importants de la justice. L’influence excessive de la GNLF a été dénoncée par l’ancien directeur de la DGSE, Pierre Marion, qui fut le numéro trois de cette obédience. Il a tenu contre elle des propos d’une dureté exceptionnelle. Il lui reproche d’avoir été transformé en instrument d’influence et de solidarité entre tous les agents et opérateurs, non seulement de la Françafrique mais aussi du lobby militaro industriel. Pour mémoire le tandem de l’ « Angola-gate », Falcone-Gaydamak, appartient à la GLNF.

François-Xavier Verschave et Philippe Hauser, Au mépris des peuples, Paris, La Fabrique Editions, 2004, pp. 30-33.

Forum
Répondre à cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.15