COMPTE RENDU DU CAFE RENCONTRE DU 31 MAI 2014
Article mis en ligne le 3 juin 2014
dernière modification le 15 juin 2014

par L’administrateur
Imprimer logo imprimer

Nous avons été trente-huit (38) participants au café-rencontre de ce samedi 31 mai 2014. Comme les images peuvent en témoigner, les jeunes étaient les plus nombreux : venus des lycées et collèges de l’Ouémé et du Plateau (Avrankou, Ifangni, Tchaada…) et du campus d’Abomey-Calavi.

JPEG - 39.9 ko
Vue partielle de la salle
JPEG - 27.2 ko
Vue partielle de la salle

Beaucoup sont des héros des luttes pour les libertés qui ont secoué le Bénin du 7 janvier au mois d’avril 2014. A leur tête, le président de l’Union Nationale des Scolaires et Etudiants du Bénin (UNSEB), Alexis Laïtan, le responsable du comité de lutte des catholiques du diocèse de Cotonou, qui a signé la réplique à Mgr Ganyé, archevêque de Cotonou qui a cherché un moment à lancer une croisade contre la révolution en voie d’éclatement au Bénin.

JPEG - 35.6 ko
La table où se trouve Albert Gandonou, avec Luc Agnankpé à sa droite et Armand Elisha à sa gauche

Albert Gandonou, pour ouvrir les débats, a fait une brève présentation du mouvement « Chrétiens pour changer le monde » (CPCM), créé depuis dix-sept ans, et qui n’est ni une Eglise évangélique ni un parti politique en gestation, mais un cercle de réflexion philosophique et de recherche spirituelle, ouvert à tous et dont la caractéristique principale est la liberté des membres dont l’Esprit de Dieu est le seul Guide et Maître. Nous échangeons nos idées en toute liberté sur différentes questions ayant trait à l’Evangile ou à l’actualité sociopolitique, mais chacun se définit, toujours en toute liberté, l’action qu’il doit mener pour la transformation de son milieu d’origine (religion, parti politique, syndicat, service public ou privé, village ou quartier de ville, communauté paroissiale, etc.). Les banderoles de CPCM en disent long sur son engagement et ses prises de position pour l’avancement de notre société.

JPEG - 34.4 ko
Une des banderoles de CPCM déployées dans la salle

Pour illustrer cette vision du mouvement CPCM, Albert Gandonou a fait état des deux textes qu’il a rendus publics en février et en mars 2014 pour prendre position dans le conflit qui oppose l’Eglise catholique à l’Eglise soi-disant catholique de Banamé : il faut éviter tout conflit religieux au Bénin, si voisin du Nigéria de Boko Haram… Puis le texte du comité de lutte des catholiques du diocèse de Cotonou, signé d’Alexis Laïtan, a été lu : la seule révolution qui puisse raisonnablement être à l’ordre du jour dans notre pays est une révolution nationale démocratique, comme en France en 1789, comme en Chine en 1949, la Chine qui est aujourd’hui la 1ère économie du monde. C’est cette révolution qui développe les sciences et les techniques, elle qui, généralement sous l’égide d’une bourgeoisie nationale, est à même de sortir un pays comme le Bénin de son sous-développement. C’est seulement dans un pays hyper-développé, comme la France et les pays occidentaux d’aujourd’hui, que le socialisme peut être mis à l’ordre du jour pour aider les multimilliardaires en dollars ou en euros à penser au reste des habitants de leurs pays. Les fidèles des différentes religions au Bénin ont le devoir de s’informer pour empêcher leurs appareils dirigeants d’être un frein pour le progrès de notre pays. « Les religions sont comme des vers luisants, a écrit Schopenhauer ; pour briller, il leur faut l’obscurité. » La déclaration du comité de lutte des catholiques du diocèse de Cotonou est en tout cas la preuve que les jeunes au Bénin n’entendent pas laisser leurs religions respectives devenir un opium pour le peuple qui s’éveille et aspire à prendre son destin en main.

JPEG - 22.5 ko
Alphonse Amentor, enseignant venu du Nigéria, intervenant dans le débat

Le débat a permis de montrer la nécessité pour les jeunes de se cultiver pour être à la hauteur des tâches auxquelles ils sont appelés. Leurs smartphones connectés à l’Internet en sont un bon moyen souvent insuffisamment exploité. Le rôle de la prière a été aussi invoqué pour vaincre la peur au combat, comme Jésus au jardin de Gethsémani, et rester fidèle à son idéal.

JPEG - 29 ko
Alexis Laïtan intervenant au cours du débat

La question des idoles a été également soulevée. Et il a été montré que l’idole que combattent Jésus et, à sa suite, le chrétien, c’est Mammon, "l’idolâtrie de l’argent", le tout pour soi au détriment des autres, comme on l’observe au quotidien chez nos dirigeants déprédateurs du bien commun. Pour le reste, les représentations des voduns chez nous sont tout à fait comparables aux statues que l’on peut voir dans les églises catholiques…

JPEG - 49.3 ko
Vue partielle de la salle

A la fin de la rencontre, le texte de la conférence du P. Joseph Moingt, « Un nouveau printemps de l’Eglise », a été distribué. Portant en partie sur le Pape François, ce texte sera étudié au café rencontre du 28 juin 2014, pour clôturer cette année académique, placée sous le signe de l’avènement de ce nouveau Pape que nous accueillons dans la foi et l’espérance.

Téléchargements Fichiers à télécharger :
  • Mgr Antoine Ganyé : une inquiétude pour les catholiques du Bénin
  • 30.5 ko / Word
  • Un nouveau printemps de l’Eglise ?
  • 1.7 Mo / PDF
Forum
Répondre à cet article
COMPTE RENDU DU CAFE RENCONTRE DU 31 MAI 2014
RASCAS - le 5 juin 2014

Jésus est une littérature depuis longtemps utilisée à nourrir l’imaginaire des enfants élevés dans le Pays vodoun ! Ayant grandi, les enfants découvrent qu’ils sont de nombreux Christ capables d’inventer le Lègba de la créativité.Et telle la houle de l’océan en furie contre l’incapacité des politiques à nourrir d’audace les rêves des jeunesses du Bénin, les Christ, les Lègba, les Alfa sont prêts à fantasmer une Aube nouvelle. Le dernier Café de CPCM est salué par moi qui regarde la vie et l’éclosion de l’Harmonique des différences impulsée par Albert GANDONOU. ALGARADE.



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.15