COMPTE RENDU DU CAFE RENCONTRE DU VENDREDI 26 JUIN 2015
Article mis en ligne le 30 juin 2015
dernière modification le 3 juillet 2015

par L’administrateur
Imprimer logo imprimer

Pour cette dernière rencontre de l’année académique 2014-2015, trente personnes étaient réunies autour des points suivants adoptés pour l’ordre du jour et débattus l’un après l’autre : 1) compte rendu du café rencontre de mai 2015 ; 2) l’identité du mouvement « Chrétiens pour changer le monde » ; 3) le colloque en préparation pour janvier 2016 sur le thème : « La rencontre des religions et des laïcités » ; 4) la position de CPCM par rapport à la nomination, par le Président Yayi Boni, de M. Lionel Zinsou comme premier ministre du Bénin ; 5) Divers.

JPEG - 94.7 ko
La table. De g à dr, Lambert Adanhounmè, Albert Gandonou et le professeur d’archéologie Alexis Adandé

1) Le compte rendu du café rencontre de mai 2015 est en ligne sur le site de CPCM depuis le 6 juin 2015 à l’adresse suivante : http://cpcm-benin.org/spip.php?article147&lang=fr

2) Pour ce qui est de l’identité de CPCM, Albert a présenté le texte ci-dessous à l’appréciation des participants qui l’ont adopté. Il s’agit d’une synthèse des idées issues du chemin parcouru depuis mars 1997 où CPCM œuvre en faveur d’ « une spiritualité ouverte et libre en Afrique :

JPEG - 57.8 ko
Les participants : vue partielle

QU’EST-CE QUE LE CHRISTIANISME, POUR LE MOUVEMENT « CHRETIENS POUR CHANGER LE MONDE » (CPCM) ?

« Etre chrétien, pour le mouvement « Chrétiens pour changer le monde » (CPCM), c’est croire en Jésus-Christ, c’est croire que Jésus est de Dieu, et s’efforcer de mettre en pratique ses enseignements, de suivre l’exemple de sa vie, tout en restant comme Jacques et la communauté de Jérusalem attaché à sa culture, à sa langue, à sa religion. Car il y a bel et bien une diversité des peuples, des cultures et des religions, des cultes et des langues, il y a des juifs, des indiens, des africains, des tibétains, des arabes, des bouddhistes, des hindous, des chinois, des français, des hommes, des femmes, etc. Même si nous sommes dans une dialectique, dans une évolution qui nous conduira progressivement à ce que ce ne soit plus ni à Garizim pour les samaritains, ni à Jérusalem au temple pour les juifs, ni à la basilique Saint Pierre de Rome pour les catholiques, ni à la Mecque pour les arabes, ni dans les couvents ou les bois sacrés pour les Africains, ni dans divers temples qu’on va chercher Dieu, qu’on va adorer Dieu, mais en esprit et en vérité, comme a dit Jésus à la femme de Samarie et comme, après lui, le pensait aussi le néoplatonicien Plotin.

JPEG - 61.4 ko
Monsieur Raymond Couao-Zotti développant son point de vue
JPEG - 51.5 ko
Dah Ahokponou Toussaint s’adressant à la salle, avec solennité.

Nous devons apprendre une seule chose : nous accepter les uns les autres, nous reconnaître les uns les autres comme des êtres humains à part entière, cesser de nous exclure, apprendre à être solidaires les uns des autres, à nous soucier des autres, des exclus en particulier, des pauvres, de tous ceux qu’on dépouille de leur être, des Africains niés, méprisés, infantilisés, « larbinisés » ; apprendre à aller aussi bien vers les riches que vers les pauvres, proposer la bonne nouvelle de Jésus-Christ à tous les êtres humains sans exception mais dans le respect de chacun.

JPEG - 51.4 ko
L’intervention de notre ami Armand Elisha, initié du Vodun.

Dans cette perspective, nos textes de référence : c’est l’Evangile de Luc, c’est les Actes des apôtres où les premiers chrétiens, les judéo-chrétiens, apprenaient à donner à chacun selon ses besoins. Nos textes de référence, c’est aussi la Lettre de Jacques et le tout premier évangile à avoir circulé parmi les judéo-chrétiens, nommé Q ou Quelle  [1] . Il s’agit là des textes les plus proches de ce que Jésus a dit, de ce que Jésus a fait, de ce que Jésus a été au milieu de nous. Et nos modèles, ce sont les judéo-chrétiens, la communauté de Jérusalem présidée par Jacques, Pierre et Jean : ceux qui ont effectivement connu Jésus, vécu avec lui, l’ont suivi pendant son séjour sur terre.

JPEG - 49.2 ko
Le professeur de "bologie", le socio-anthropologue Raymond Assogba, intervenant dans le débat

CPCM est également attaché à l’option préférentielle pour les pauvres. C’est ce qui explique notre soutien au Pape François qui veut « une Eglise pauvre pour les pauvres. Il s’agit non seulement des pauvres matériels, mais de tous les exclus, tous ceux qui sont dépouillés de leur identité, de leur personnalité, de leur être, comme les Africains (c’est le combat de notre ami, Mgr Barthélémy Adoukonou) à travers l’esclavage, la ségrégation raciale qui persiste dans les pays dits de chrétienté, la colonisation et la néo-colonisation. Il s’agit des pauvres tels que le Pape François les définit dans son encyclique Evangelii Gaudium. Au demeurant, et c’est notre particularité, nous refusons toute collaboration de classes où l’agneau est manipulé à coup de miettes par le loup qui ne cherche qu’à en disposer, qu’à l’instrumentaliser, le bouffer en toute quiétude, dans l’amitié sociale, théorisée au Bénin par l’abbé Raymond Goudjo. Voilà pourquoi, au Bénin, CPCM a adhéré à la Convention Patriotique des Forces de Gauche (CPFG). Jésus aurait été qualifié d’homme de gauche si le terme en son temps avait existé. »

JPEG - 85.8 ko
L’envoyé du quotidien "La Nouvelle Tribune", Olivier Ribouis, prenant des notes

3) Au sujet du colloque en préparation, nous avons beaucoup débattu sur différents points, à commencer par le thème trouvé une peu vague et pas assez contextualisé. Il a été suggéré d’y prendre en compte le contexte d’aliénation culturelle et religieuse qui est le nôtre et de mettre le colloque à contribution pour insuffler un surcroît de patriotisme en Afrique, notamment au cœur de sa jeunesse qui n’a que mépris pour les valeurs endogènes et choisit souvent d’aller mourir en Méditerranée quand elle ne se laisse pas recruter par les jihadistes. Les vacances vont permettre au comité d’organisation de prendre en compte toutes idées partagées et de finaliser le document de base du Colloque qui devra être fin prêt pour la rentrée d’octobre. Une reformulation a été esquissée séance tenante qui donne ceci : «  La rencontre des religions et des laïcités pour le réveil de la fierté noire et la promotion d’un patriotisme éclairé en Afrique ». Nous y reviendrons, c’est sûr. En attendant, nous restons ouverts aux réactions que pourrait susciter cette reformulation.

JPEG - 41.6 ko
Debout, face à s’assistance, Bonaventure Houngninou de l’Union Nationale des Scolaires et des Etudiants du Bénin (UNSEB) pendant son intervention

4) À propos de M. Lionel Zinsou, sa nomination peut créer une onde de choc qui pourrait à terme être salutaire pour les néo-colonisés que nous sommes au Bénin et ailleurs en Afrique. Dans bien des esprits, sous les tropiques, pour diriger un pays il ne faut pas des patriotes, des femmes ou des hommes qui prisent l’intérêt supérieur du pays, veulent défendre son indépendance et sa souveraineté. Il faut ce qu’on appelle « l’oiseau rare » depuis le début des années 1990, à l’ère du renouveau dit démocratique. Voici les caractéristiques de cet « oiseau rare ». Il vient maintenir en place le système néocolonial qu’il doit trouver fondamentalement bien et dont il va s’occuper de ravaler la façade. Peu importe la corruption, peu importe les scandales financiers, les crimes politiques. N’ayant pas d’idées nouvelles sur le système, il doit être riche ou s’arranger pour trouver de l’argent pour acheter les consciences et les voix des électeurs. Il doit avoir servi à l’international, comme haut fonctionnaire ou banquier de préférence. Par-dessus tout, il doit avoir la bénédiction de la France, de l’ancienne puissance impérialiste et colonialiste, et être adoubé par elle. Sous ces différents rapports, M. Lionel Zinsou est véritablement le meilleur, il est imbattable : c’est un Français non seulement, mais un homme politique et un homme d’affaires français de premier plan. Très officiellement, il est en mission pour la remise en selle économique de la France au Bénin et dans toute l’Afrique. Ci-joint quelques documents qui l’attestent. Ces documents ont été multipliés et mis à la disposition des participants. Bien entendu, la position de CPCM est celle explicitée dans la déclaration rendue publique par la Convention Patriotique des Forces de Gauche (CPFG).

5) En Divers, Albert a promis d’envoyer par email à chaque participant le texte de la dernière lettre encyclique de notre bon Pape François, et de le rendre disponible, sur le site de CPCM, en l’attachant à ce compte rendu. Voici ce qui en a été dit dans l’annonce du café rencontre de juin 2015 : « A cette occasion, nous mettrons à la disposition de chacun, pour le méditer, le texte de la toute nouvelle lettre encyclique du Pape François que nous aimons bien : Laudato si. Une belle illustration du concept de l’homme nommé au sud du Bénin « gbètɔ », c’est-à-dire père et responsable du monde, de la vie ; Dieu étant à la fois « Gbèɖotɔ », c’est-à-dire Créateur du monde, Source de la vie, et « Mawu », c’est-à-dire Celui qui partage son corps et qui habite au cœur de chaque créature. » Merci à notre ami, Jean-Norbert Vignondé qui nous a envoyé depuis Bordeaux cette belle lettre encyclique dès sa parution ! Toujours, en divers, il a été porté à l’attention de tous la quintessence des messages reçus de la part de nos amis qui, de loin, nous suivent et nous soutiennent : Mgr Clet Fêliho, évêque du diocèse de Natitingou et président de Justice et Paix, Mme Agnès Avognon-Adjaho, ancienne directrice de la Librairie Notre-Dame à Cotonou, Mme Martine Roger-Machart de la paroisse Saint Merri dans le 4e arrondissement à Paris. En résumant l’encyclique Laudato si, Mme Adjaho a eu, au sujet de notre bon Pape, cette phrase qui nous plaît : « François, c’est la Voix au-dessus des voies ».

Notes :

[1Le texte en est disponible dans Emmanuel Carrère, Le Royaume, Paris, P.O.L éditeur, 2014, pp. 418-423.

Téléchargements Fichiers à télécharger :
  • laudato_si.pdf
  • 731 ko / PDF
  • economie_rapport_vedrine-zinsou.doc
  • 167.5 ko / Word
  • lionel_zinsou_le_parcours_atypique_d_un_franco-beninois.doc
  • 35.5 ko / Word
  • Déclaration de la Convention Patriotique des Forces de Gauche (CPFG) sur la nomination de M. Lionel ZINSOU
  • 24.6 ko / Word
  • Hollande en Afrique : un dossier de l’ONG française Survie, 1er juillet 2015. Ce document, où la CPFG est citée, est mis à notre disposition par notre ami "bordelais", Jean-Norbert Vignondé
  • 1.5 Mo / PDF
Forum
Répondre à cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.15