Manifestations du 10e anniversaire de CPCM : 4e manifestation
Article mis en ligne le 5 novembre 2009

par L’administrateur
Imprimer logo imprimer

Thème général des manifestations du 10e anniversaire : Proposer la bonne nouvelle de la scandaleuse miséricorde du Dieu de Jésus, dans le respect des peuples et de leurs religions.

Quatrième manifestation : grand "meeting" avec les intellectuels traditionnels africains de la région du Plateau au Bénin.

IV- Le 21 février 2007 à Ifangni (BENIN) : Rencontre des intellectuels traditionnels.

Pour la première fois, le mouvement « Chrétiens pour changer le monde » est sorti de Cotonou et de Lomé, des belles salles de réunion climatisées, pour aller à la campagne rencontrer le monde paysan avec ses intellectuels que sont les rois, les guérisseurs, les devins, les prêtres des cultes traditionnels africains.

JPEG - 39.8 ko
De g. à dr., les rois (chefs traditionnels) de Porto-Novo, d’Ifangni et de Sakété

L’événement a été placé sous le parrainage de Mme Inès ABOH-HOUESSOU, Préfet des départements de l’Ouémé et du Plateau, qui, empêchée, s’est fait représentée par M. Thomas TOUDONOU, Directeur départemental de l’industrie et du commerce.

JPEG - 36.6 ko
M. Thomas Toudonou (en costume noir), représentant Mme Inès Aboh Houessou, préfet de l’Ouémé et du Plateau.

Près de cinq cents (500) personnes étaient réunies dans la grande cour de « l’école primaire centre » d’Ifangni, venues principalement des communes de Porto-Novo, d’Ifangni, de Sakété, d’Adja Ouère et de Cotonou. Deux grandes répliques de la toile de Rembrandt, Le retour du fils prodigue, réalisées par M. Roger Midingoyi, un jeune dessinateur du village de Dan, ont été placées sous le regard de tous pour fournir par l’image le sens de la rencontre.

JPEG - 86.7 ko
Le symbole de notre réconciliation avec notre culture particulière et ses religions

Voici en substance ce que nous avons dit aux gens rassemblés :

1) Nous avons un grand respect pour toutes les religions que les hommes se sont donné à travers les âges et les espaces, et tout particulièrement pour celles que les hommes se sont donné en Afrique. La religion (quelle qu’en soit l’étymologie : religare ou religere), la relation avec la Transcendance, est un besoin pour bien des hommes aujourd’hui encore sur notre terre. Nous faisons partie de ces hommes-là, sans complexe, à l’exemple de Jésus qui priait souvent dans la religion de ses ancêtres.

JPEG - 31.5 ko
Hounnon Agonnan ALOUA, prêtre du culte DOUDOUA

2) Le christianisme ou plutôt la foi, la confiance en Jésus ne se réduit pas à la religion au sens habituel de ce terme. Les religions, nous en changeons si souvent ; elles-mêmes changent parfois ou disparaissent. « La religion sur laquelle s’est greffé le christianisme, peut-elle échapper à cette loi de mort et de germination ? Ce n’est pas elle qui a les promesses de la vie éternelle [1] . » Jésus a dit à la femme samaritaine que c’est sans importance si elle ne pratique pas le même culte que les juifs qui croient avoir la vraie religion : « Crois-moi, femme, l’heure vient où vous n’allez adorer le Père ni sur cette montagne ni à Jérusalem. (…) L’heure vient et c’est maintenant, où les vrais adorateurs vont adorer le Père dans le Souffle et dans la vérité, puisque ce sont ces adorateurs-là que cherche le Père. Dieu est souffle et il faut que ses adorateurs l’adorent dans le Souffle et la vérité. » Ce n’est pas une religion mais une nouvelle manière de voir Dieu que Jésus nous a apportée : Dieu est essentiellement amour et miséricorde (compassion pour les exclus, pardon et partage). Jésus nous invite à être, les uns pour les autres, miséricordieux comme ce Dieu-là, c’est-à-dire à changer de comportement dans ce sens précis. C’est cela se convertir et non pas forcément changer de religion. « Les Temples sont faits pour être détruits, la religion pour s’effacer afin de laisser la place au Fils de l’homme. Mais nombre de croyants sincères ne le savent pas encore [2] . » Il nous a fallu beaucoup de temps à nous-mêmes pour comprendre cela. Longtemps nous avons cru que le christianisme nous invitait à tourner le dos à notre culture, à nos traditions ancestrales, à notre patrie même. Aujourd’hui nous avons pris conscience de notre erreur et nous sommes venus le leur dire.

JPEG - 30 ko
Des masques EGUNGUN ont été invités à la fête

D’où le thème choisi pour le dixième anniversaire de notre mouvement : Proposer la bonne nouvelle de la scandaleuse miséricorde du Dieu de Jésus, dans le respect des peuples et de leurs religions.

3) C’est donc à tort que, pour nous apporter le message de Jésus, si heureusement appelé « bonne nouvelle », on a tant dénigré, agressé, diabolisé nos religions et nos cultures africaines. La religion est un fait culturel. La bonne nouvelle de Jésus-Christ s’adresse à tout homme quelles que soient sa culture, sa religion, son ethnie…

4) Le parti pris du Dieu de Jésus pour les exclus devrait avoir eu pour conséquence que notre monde soit plus fraternel, plus convivial, depuis deux mille ans qu’il y a des chrétiens de plus en plus nombreux sur notre terre, depuis deux mille ans qu’il y a des hommes et des femmes qui ont choisi Jésus comme leur référence. Aujourd’hui, nous vivons dans un monde d’abondance. Cette abondance nous l’avons réalisée ensemble et progressivement, comme esclaves, métayers, patrons d’entreprise, colonisés, ouvriers, financiers, scientifiques… Pourquoi donc restons-nous si incapables de partage, en dépit de l’Evangile ?

JPEG - 39.1 ko
Le roi (chef tradtionnel) de Porto-Novo, intervenant au nom des populations réunies

Quand ceux que nous sommes allés voir ont pris la parole pour nous répondre, nous avons eu le fort sentiment que leur cœur était en joie et qu’ils nous accueillaient les bras ouverts.

JPEG - 34.8 ko
Des femmes en fête

Cette joie partagée s’est concrétisée par des danses de femmes, par la sortie des masques « Egungun ». Un bœuf gras a été tué, offert non par les pères qui accueillaient, mais par les fils qui sont revenus.

Notes :

[1Sulivan (Jean), L’obsession de Delphes, Paris, Gallimard, 1967, p. 208.

[2Ibidem, p. 46.

Forum
Répondre à cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.15