Le manifeste de CPCM (suite)
Article mis en ligne le 6 novembre 2009

par L’administrateur
Imprimer logo imprimer

LA BONNE NOUVELLE DE LA LIBÉRATION DES HOMMES PAR JÉSUS-CHRIST

« Je n’ai qu’une chose à dire : c’est que le christianisme détient les clefs de la liberté et qu’on ne s’en aperçoit pas assez. » (Jean Sulivan, Le plus petit abîme, Paris, Gallimard, 1965, p.228).

« Je ne suis pas ici pour vous infliger mes idées. Je vous apporte mon expérience sur un sujet que je connais un peu. Je veux que vous soyez de très mauvais auditeurs, en contradiction avec tout ce que je dis parce qu’alors il y aura une réaction personnelle et une possibilité d’avancement. » Marcel Jousse, Conclusion de son 1er cours en Sorbonne, 5 mars 1931.

V. LE PECHE CONTRE L’ESPRIT.

Les commentaires qu’on nous fait au sujet du péché contre l’Esprit évitent scrupuleusement et souvent à dessein de nous le situer dans son contexte : en rapport avec le cœur du message de Jésus, en rapport avec l’appel adressé au jeune homme riche, riche de savoir, de pouvoir ou simplement de biens matériels. Nous l’avons vu, pas facile de répondre à cet appel. Et quand on s’y refuse, on cherche le plus souvent à le nier, à le flétrir. On s’installe dans la mauvaise foi.

Le péché contre l’Esprit est le seul contre lequel Jésus nous ait mis sérieusement en garde. Voir la vérité et la nier, par intérêt de classe. Savoir ce qui libère le pauvre et s’abstenir de le lui enseigner. Avoir les moyens de libérer l’esclave et s’y refuser. Imposer sa domination politique, économique, militaire à un pays et faire passer pour terroriste le patriote qui résiste à cet ordre inadmissible. Calomnier le juste, le diaboliser, le faire passer pour son contraire, par mauvaise foi. Le persécuter, lui faire subir la répression et les violences les plus barbares, et, dans le même temps, le faire passer pour violent. Reconnaître le révolutionnaire et dire autour de soi que c’est un bandit, pour se débarrasser à bon compte de lui. « Il a Béelzébul, le diable, en lui ! … C’est le chef des esprits mauvais qui lui donne le pouvoir de chasser ces esprits ! » (Mc 3, 22).

Jésus, notre Jésus, accusé ainsi par « les maîtres de la loi », a déclaré ceci : « C’est la vérité : les hommes pourront être pardonnés de tous leurs péchés et de toutes les insultes qu’ils auront prononcées. Mais l’homme qui insultera le Saint-Esprit ne recevra jamais le pardon, car il aura commis un péché éternel. » (Mc 3, 28-29). Jésus (… ) montra qu’il n’y a pas de péché qui justifie la souffrance et la misère (Jn 9, 2-3 ; Lc 24, 47). Le seul péché qui mérite tous les maux parce que source de tous les maux, c’est le péché contre l’Esprit (Mc 3, 28-29), c’est l’égoïsme et la mauvaise foi de ceux qui ont les moyens de faire cesser la souffrance et la misère, et qui ne le font pas, mais les aggravent au contraire. Il disait qu’être aveugle n’est rien, le plus grave c’est de faire l’aveugle pour ne pas voir l’exploitation à laquelle on soumet les masses ; que ceux qui sont aveugles guériront et que ceux qui voient perdront la vue (Jn 9, 39-41) . [1] Ne l’oublions pas quand nous sommes tentés de diaboliser injustement et indûment les révolutionnaires d’aujourd’hui, nos contemporains qui oeuvrent à changer l’ordre diabolique du monde, au péril de leur liberté et parfois de leur vie, pendant que nous, soi-disant chrétiens, ne songeons qu’à préserver les nôtres, en rasant les murs. Et quand nous les frappons d’exclusion sous prétexte qu’ils sont athées, demandons-nous ce que nous faisons pour amener nos semblables à croire en Jésus-Christ, le chemin qui mène à Dieu.

Notes :

[1Dassi J. Mawutin, Marx, Lénine … et pourquoi pas Jésus ?, Paris, Silex, 1983, pp.28-29.

Forum
Répondre à cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.15