DIALOGUE INTERRELIGIEUX : Table ronde internationale de CPCM Cotonou 28 juin 2008 (suite 1, Le discours de M. Issa BADAROU)
Article mis en ligne le 11 novembre 2009

par L’administrateur
Imprimer logo imprimer

Le mouvement "Chrétiens pour changer le monde" a organisé, le 28 juin 2008, à Cotonou, au "Chant d’Oiseau", dans les locaux de Justice et Paix, une table ronde internationale sur le thème suivant : "Dialogue interreligieux : En finir avec toutes les formes d’exclusion".

En partenariat avec l’Institut Universitaire du Bénin et avec la participation de Fondacio.

Religions invitées : le Vodun, le Judaïsme, l’Eglise catholique, l’Islam, l’Eglise Protestante Méthodiste, l’Eglise du Christianisme Céleste, la Fraternité universelle pour la paix dans le monde (Moon)…

Ci-après l’allocution d’ouverture de M. Issa BADAROU SOULE, parrain de la rencontre.

ALLOCUTION D’OUVERTURE DE M. ISSA BADAROU, PARRAIN DE LA TABLE RONDE

Mme la Représentante du Médiateur à la Présidence de la République,

M. le Professeur Honorat AGUESSY,

M. Bio BIGOU, secrétaire général de l’UAC

El Hadj Ligali, Imam de la mosquée de Cadjehoun,

El Hadj Afis Ambékéma,

M. Emmanuel AMEGBLE, directeur de l’Institut Foi et Engagement (Lomé),

Mme Ria ETIENNE,

Révérend Pasteur Raphaël HOUESSOU, représentant de l’Eglise

Protestante Méthodiste,

Révérends Pasteurs et Prophètes de l’Eglise du Christianisme Céleste,

Monsieur Dah ALIGBONON AKPOCHIHALA,

Monsieur le Vizir Akanni OLOFINDJI,

Révérends dignitaires des religions endogènes,

Monsieur Ali HOUDOU,

Révérends dignitaires de l’Islam,

Révérends Pères,

Révérendes Sœurs,

Messieurs les Représentants de la Fédération pour la Paix Universelle,

Honorables Invités,

Mesdames, Messieurs,

Chers élèves et étudiants,

Au nom des organisateurs de cette table ronde internationale et en mon nom propre, je vous remercie d’être venus si nombreux prendre part au dialogue interreligieux de ce samedi 28 juin 2008 au Chant d’Oiseau. Le premier objectif de l’Institut Universitaire du Bénin (IUB) et du mouvement « Chrétiens pour changer le monde » (CPCM) veut que nous acceptions de venir nombreux nous mettre autour d’une même table, nous gens de différentes confessions religieuses, pour nous parler, nous écouter les uns les autres.

JPEG - 17.5 ko
Mme DOSSOU représentant M. Albert TEVOEDJRE, Médiateur de la République
JPEG - 15.4 ko
Le Professeur Honorat AGUESSY
JPEG - 11.2 ko
Le Père Gustave SANVEE
JPEG - 14.9 ko
Le Pasteur René HOUESSOU, représentant de l’Eglise Protestante Méthodiste
JPEG - 15.5 ko
El Hadj Afis AMBEKEMA

Vous l’avez si bien compris, cet objectif, en honorant de votre précieuse présence le rendez-vous d’aujourd’hui.
Notre lieu de rencontre de ce jour, c’est-à-dire le chant d’oiseau, appartient à l’institut des artisans de Justice et Paix (IAJP). C’est tout un symbole qui n’a sûrement pas dû échapper aux organisateurs de cette rencontre qui ont su comprendre très tôt que par le dialogue interreligieux, nous contribuons à la paix dans le monde, à la réduction de l’injustice et à l’élargissement de la miséricorde entre les hommes. Nul autre lieu que celui-ci ne semble indiqué pour abriter nos assises.

JPEG - 31.9 ko
M. Issa BADAROU SOULE, parrain de la table ronde

L’histoire des religions est souvent jonchée de trop de querelles, de disputes, voire malheureusement, de guerres. Si à un moment donné cela pouvait se justifier, il n’en est plus de même aujourd’hui où la compréhension que nous avons des différentes religions est qu’elles visent toutes le même objectif ou presque, c’est-à-dire l’accomplissement de l’Homme. Mes nombreuses promenades sur le net et plus précisément sur le site de « Chrétiens pour changer le monde » m’ont amené à découvrir un jour, la réflexion d’une religieuse française de la communauté des dominicaines qui disait : « Tout homme est religieux. Chacun cherche à arriver au haut de la montagne ; mais, selon son histoire, l’endroit où il est né, il emprunte un sentier différent de celui des autres. Regardons le bout du chemin et nous serons OK. » Si je veux laisser à la précieuse religieuse la responsabilité de sa première affirmation qui veut que tout homme soit religieux, je n’en soutiens pas moins tout le reste de sa réflexion. Les religions sont les voies diverses que nous empruntons selon nos origines, notre éducation, notre entourage, nos sensibilités, nos cultures, etc. pour nous rapprocher de Dieu.

JPEG - 32.1 ko
M. Issa BADAROU SOULE, au centre, prononçant l’allocution d’ouverture.

De nos jours, l’on reconnaît de plus en plus la nécessité de respecter la diversité culturelle donc la diversité religieuse. Le 21 mai, par exemple, est la journée internationale de la diversité culturelle. Cette année 2008 est l’année internationale des langues. C’est feu Bernardin Cardinal Gantin, homme de grande culture, de grande foi et de grande sagesse qui disait au mois d’août dernier au colloque de l’UNESCO, au CIC ici même à Cotonou, dans son message lu par le Père Alphonse Quenum, recteur de l’UCAO, je cite « la religion est un élément constitutif essentiel de la culture ». Dans ce même discours feu Cardinal Gantin indiquait que, dans le cadre du respect de la diversité religieuse, la rencontre d’Assises qui a eu lieu en 1986, sous l’égide du Pape Jean-Paul II, est un jalon important « dont on n’a pas encore mesuré toute la portée ». Jean-Paul II, on s’en souvient, à l’occasion d’une de ses deux visites dans notre pays, a tenu à aller saluer nos deux plus hauts dignitaires du culte Vodoun de l’époque, j’ai nommé son Eminence Daagbo Hounon et son Eminence Sossa Guêdenguê. Mais le colloque même de l’UNESCO que je viens d’évoquer est un autre jalon important, du moins pour nous au Bénin, puisqu’il avait déjà pour thème : « Le dialogue des religions endogènes, du christianisme et de l’islam au service de la culture de la paix en Afrique » ! D’une certaine façon, nous pouvons prétendre que la table ronde de ce jour est un fruit de ce colloque, même si l’ouverture aux autres est une constante, depuis onze ans, de la démarche de fond du mouvement « Chrétiens pour changer le monde » dont je suis avec intérêt l’évolution depuis quelque temps.

JPEG - 38.7 ko
Vue partielle de la salle

Ce qu’indique clairement le programme de la journée, c’est que nous sommes ensemble pour nous reconnaître les uns les autres, tous autant que nous sommes, comme des croyants en Dieu. Et sur cette base, nous allons nous parler en toute confiance, nous allons nous écouter les uns les autres avec respect, pour mieux nous connaître, mieux nous accepter tels que nous sommes réellement, avec nos différences, avec nos singularités, mais surtout avec nos ressemblances, avec ce qui nous rapproche, nous unit, puisqu’avant tout nous sommes des enfants de Dieu. Sur cette même base, il nous est proposé d’accepter de prier ensemble, suivant ainsi l’exemple qui nous est donné depuis 1986 à Assises et qui indique une direction dans laquelle l’humanité entière devra de plus en plus s’engager si elle veut tout simplement continuer à vivre. Cette direction est qu’il est plus que temps que les hommes en arrivent enfin à cesser de s’exclure les uns les autres. De tout mon cœur, je voudrais espérer que ce programme de la table ronde sera mis en œuvre avec succès, dans la plus grande convivialité, dans la concorde et dans la fraternité qui sied à des gens qui se considèrent parfois comme les fils d’un même Père. C’est avec cet espoir, qui en mon cœur est déjà une certitude, que je déclare ouverte la table ronde sur le thème : « Le dialogue interreligieux : en finir avec toutes les formes d’exclusion ».

Je vous remercie.

Forum
Répondre à cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.15