Déploiement sans précédent des forces de l’ordre, à Cotonou, pour réprimer une marche dûment autorisée par la Mairie
Article mis en ligne le 14 octobre 2010

par L’administrateur
Imprimer logo imprimer

Il s’agit d’une lettre adressée ce mardi 12 octobre 2010 aux amis de CPCM. Les choses vont si vite ces jours-ci au Bénin que j’ai jugé bon de mettre cette lettre en ligne sur le site de CPCM. C’est l’occasion pour moi d’ajouter que j’étais conscient d’assister ce jour-là à un tournant de la vie socio-politique du pays. Dès le lendemain, 13 octobre, il s’est créé un rassemblement sans précédent des forces socio-politiques dénommé Front de Défense de la Démocratie (FDD) et constitué de l’ensemble des forces démocratiques en lutte contre le régime. Je vais en reparler dans une autre livraison. Vous comprendrez alors que c’est le moment d’agir mais aussi de prier sans relâche pour le Bénin.

Chers amis,

Vos messages me parviennent quotidiennement. Je vais bientôt en partager certains aux uns et aux autres, dans un espace spécial sur le site de CPCM.

En attendant, permettez-moi, compte tenu de l’évolution et de la volatilité de la situation ici au Bénin, d’évoquer deux de ces messages qui parlent de prières.

1) « Mon cher Albert,

Ce w-e, j’étais à Mazille et nous étions ensemble dans la prière qui ouvre à l’action.
Tu es ferment d’espérance pour tes frères.
Que prudence et confiance t’habitent.
Ma fraternelle tendresse. » (Reçu d’Antoine GIRIN, ce lundi 11 octobre 2010)

2) « Bravo pour votre courage et votre ténacité ! Il n’y a pas de prière qui ne soit pas
entendue, surtout lorsqu’elle est sous-tendue par la Foi, la Persévérance et l’Espérance.
Fraternellement. » (Reçu de Bénédicte et Lucien LEBON, ce mardi 12 octobre 2010)

Ils nous faut prier pour le Bénin en cette période délicate de son histoire. Ce matin, les syndicalistes et les organisations de défense des droits humains ont programmé une marche à la fois pour réclamer la réapparition d’un cadre du ministère des finances du nom de Pierre Urbain DANGNIVO, porté disparu depuis le 17 août dernier, et aussi pour braver une interdiction de toute manifestation dans le cadre de cette affaire, édictée par M. Martial Souton, le nouveau ministre de l’intérieur. Mgr Antoine GANYE, nouvel archevêque de Cotonou, a sorti, au début de ce mois d’octobre, une lettre pastorale sur ces cas d’enlèvements de personnes qui se multiplient dans le pays et sur la tension sociale actuelle qui devient plus que préoccupante. J’ai ajouté ce document à l’ensemble des pièces attachées à la déclaration de CPCM en date du 9 octobre 2010.

Je me suis rendu, à pied (45 mn) et en prières, sur les lieux de cette marche qui devait partir de la Bourse du Travail à 8h. J’en ai rapporté quelques images que j’ai insérées dans le texte de la déclaration, avec des images de la conférence de presse, sur le site de CPCM, toujours à la même adresse : http://www.cpcm-benin.org/spip.php?article81

JPEG - 25.8 ko

Mais si je me suis rendu à cette marche, ce n’était pas que pour jouer les photographes. C’est, au nom de CPCM, pour parler aux chefs des policiers et des militaires déployés sur les lieux. Tout le monde craignait un grand malheur : mieux vaut apporter sa goutte d’eau sur les lieux pour essayer d’éteindre l’incendie. Je me suis proposé de ne prêter aucun regard aux manifestants parmi lesquels plusieurs m’étaient connus et d’aller droit vers les chefs de la police et de l’armée (des chars d’assaut étaient même pré positionnés, à côté des canons à eaux). Les marcheurs venaient bravement, scandant des slogans hostiles au régime, coupable à leurs yeux de s’attaquer aux libertés chèrement conquises il y a vingt ans.

JPEG - 32.3 ko

Mon âge, relativement grand par ici (je vais avoir soixante ans le mois prochain), ou une certaine autorité dont je n’ai pas conscience a dû jouer en ma faveur. On empêchait les autres d’approcher, mais moi, on m’a laissé venir jusqu’aux portes de la Bourse du Travail assiégé : « Ne tirez pas ! Évitez de tirer sur les manifestants ! Cela ne donnera rien de bon, ni pour le pouvoir en place, ni pour vous-mêmes, ni pour le pays. » Ma surprise a été grande quand je me suis entendu répondre que les autorités « ont remis la balle à terre » et viennent de leur envoyer un contrordre. « Vous avez raison, monsieur : c’est mieux pour tout le monde ! »
-  « Dieu merci ! ai-je répondu. Si c’est ainsi je vais m’en retourner d’où je viens. »
Et ils m’ont laissé prendre toutes les photos que je voulais, pendant que les forces de répression canalisaient les manifestants et les empêchaient de sortir des alentours de la Bourse du Travail. Puis les responsables de la manifestation ont donné aux militants le mot d’ordre de se disperser.

JPEG - 20.3 ko

Voilà ce qui s’est passé ce jour, 12 octobre 2010. Les deux images que je partage avec vous vous en diront davantage. Priez, non pas pour moi, mais pour mon pays qui s’appelle le Bénin. Il y a eu un vrai miracle ce matin. Le pire a été évité. Il y aura assurément d’autres miracles plus grands encore si vous continuez de prier pour le Bénin. Aujourd’hui, j’en suis plus que certain !

Ce matin, le quotidien La Nouvelle Tribune a publié in extenso dans ses colonnes le texte de la déclaration de CPCM en date du 9 octobre 2010. Les radios et les autres média continuent d’en parler. Je vous ferai le point de tout cela le moment venu.

Merci à chacun de vous pour votre solidarité !

Albert

Forum
Répondre à cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.15